BLEPHAROPLASTIE SUPERIEURE

La blépharoplastie supérieure est l’intervention chirurgicale qui permet de corriger un blépharo- ou dermatochalazis, c’est-à-dire une distension de la peau des paupières supérieures. Cette distension s’accentue avec l’âge et le relâchement naturels des tissus qui perdent leur tonicité. Le blépharochalazis peut être familial, survenant alors plus précocément, avec une peau épaisse.

Le saviez vous?

Certains oedèmes chroniques des paupières peuvent aussi, avec la distension cutanée répétée, conduire à un blépharochalazis.

Le blépharochalazis s’aggrave avec le temps.

Ses répercussions sont d’abord esthétiques, et lorsque le blépharochalazis ne provoque pas de gêne visuelle, la blépharoplastie est un acte de chirurgie esthétique, non pris en charge par la sécurité sociale, et réalisée par des chirurgiens plasticiens.

Lorsqu’il est important, le blépharochalazis peut provoquer différents symptômes ophtalmologiques : fatigue visuelle, sensation de paupières lourdes notamment le soir, impression que les paupières se ferment par fatigue du muscle frontal (hyperaction de ce muscle pour tenter de remonter le blépharochalazis). A l’extrême, le blépharochalazis peut entraîner une gêne visuelle avec amputation du champ visuel.

L’acte de blépharoplastie n’est pas soumis à une entente préalable auprès de la sécurité sociale, mais il faut pouvoir apporter la preuve a posteriori que le blépharochalazis était bien à l’origine de troubles visuels et non pas seulement esthétique. Des photos pré opératoires sont réalisées : les cils de la paupière supérieure doivent être recouverts et abaissés, diminuant la fente palpébrale. Un champ visuel manuel est également réalisé, devant montrer une amputation du champ visuel supérieur et parfois temporal. A ces deux conditions, la prise en charge par la sécurité sociale est effective, même en cas de contrôle a posteriori.

Lorsque ces conditions sont réunies, votre chirurgien vous donnera les informations concernant cette intervention. Le principe est de réséquer la peau en excès, en réalisant une cicatrice sur le pli palpébral supérieur, ce qui la rend quasi invisible. L’intervention est systématiquement réalisée en ambulatoire, sous anesthésie locale avec diazanalgésie (sédation par perfusion). Une consultation avec le médecin anesthésiste est nécessaire avant l’intervention. Les 2 côtés sont opérés dans le même temps opératoire.

Les fils de suture sont à faire ôter par une infirmière 1 semaine après l’intervention. Il est classique d’observer un œdème et un hématome palpébraux pendant 8 à 10 jours après l’intervention. Pendant quelques jours il est plus difficile de fermer les yeux. Un traitement lubrifiant pour la surface oculaire et par pommade cicatrisante sur les cicatrices est prescrit par le chirurgien. Un contrôle est généralement fait environ 1 mois après l’intervention.

[fr][/fr][fr][/fr][fr][/fr]